MADAGASCAR: le pouvoir du peuple.

changementCes temps-ci, à Madagascar, il ne fait pas bon d’aller sur facebook. C’est devenu un déversoir de haine, de violence et d’insultes en tout genre.

Ce n’est plus un secret: Madagascar est parmi les pays les plus pauvres du monde (nous sommes dans le top 5. Hourra!!). Et cette pauvreté se ressent sur les réseaux sociaux. L’État est critiqué de partout. Les gens en ont marre de toujours subir l’incompétence de nos dirigeants …
pauvres

FAUX PROBLÈMES
Aussi loin que je me souvienne, Madagascar était toujours un « pays en voie de développement ». Il y a eu des hauts et des bas … mais je ne pense plus que le miracle peut venir d’une personne: le président de la République (et son gouvernement). Je ne me plonge pas dans la politique … mais, les gens … vous ne voyez pas que ça ne résout plus le problème? Peut importe le nom qu’on va mettre sous l’étiquette: Président de la République. Ça ne marchera plus.

Chacun de nous pouvons tous proposer ZE PRÉSIDENT. Celui qui pourra vraiment mener le pays vers un futur plus radieux. Mais nous oublions tous une pièce essentielle: NOUS.

C’est devenu une habitude de dire « c’est la faute du gouvernement » aux moindres pépins qui survient dans la vie du pays. Laissons le gouvernement tranquille le temps de cette lecture et focalisons nous sur ce « nous » qui me semble bien plus important.

NOUS sommes la nuisance de ce pays. Pas le gouvernement. Et tant que nous ne l’aurons pas accepté … jamais Madagascar ne pourra se relever.

LE PEUPLE EST UNE NUISANCE
Nuisance, nom féminin:
– Ensemble des éléments qui nuisent à la qualité de vie (pollution, bruit, promiscuité).
– Tout facteur qui constitue un préjudice, une gêne pour la santé, le bien-être, l’environnement.
– Source de difficulté, de perturbation sur le plan social, économique, psychologique.

Et c’est exactement ce dont nous sommes. Mais nous avons pris la fâcheuse habitude de toujours trouver des responsables que nous ne savons plus que nous faisons partie de ce problème.

Les exemples se ramassent à la pelle.

FOTOAMBITA
Le plus célèbre ces temps-ci sont les haters de « Le rendez-vous, fotoambita ». Si le président de la République a trouvé là un moyen de communiquer avec la génération connectée de Madagascar … certains y ont trouvé le moyen de déblatérer toutes les conneries du monde. J’ai été particulièrement choqué par un commentaire dans les avis de la page.
avis
Je ne vais pas traduire tout le texte, mais en gros le commentaire critique l’influence de l’éducation française trop présente chez nous … mais dans un malgache des plus horribles. 

Ce genre de commentaire n’est pas isolé malheureusement. Les gens dégainent à la première occasion … mais utilisent un pistolet à eau. Ce qui me frustre le plus c’est le fait de savoir que ces gens-là n’ont même pas conscience de l’importance des erreurs qu’ils font. La réponse qu’on reçoit le plus souvent c’est le fameux « L’important c’est qu’on comprend le sens ». Non! Non et non! On ne peut pas partir au combat efficacement si on se plante des clous dans le pied dès le départ.

Là ce n’est plus une question de faute de grammaire, mais vraiment une inconscience de la part de l’auteur. Il n’est pas conscient que c’est important de bien écrire ses idées.

Le pauvre, je donne l’impression de le viser personnellement. Mais ce texte est juste un exemple. Il y en a des tonnes partout sur le net.

LE DRAME D’ANKAZOBE
Autre exemple: le drame d’Ankazobe. Je passe rapidement sur les arguments religieux parce que c’est tout simplement con … mais je tiens à m’attarder sur l’hypocrisie qui a précédé ce drame. Le détective facebook a très vite révélé qu’à la base du drame il y avait un énorme défaut de réglementation. Et tous se sont accordés à dire que l’État devait faire quelque chose. Quelques jours plus tard, une note venant du ministère circulait sur facebook (avec moins de partage, bizarrement). Cette note mentionnait des mesures qui, justement, visaient à régulariser le secteur de la location. Et devinez quoi? Partagé sur le groupe « fifamohivohizana eto madagasikara » cette note n’a eu que des haters.
location
(Je ne vais plus revenir sur le malgache horrible -_- ) 

Pourquoi? Pour la simple et bonne raison que ça va tuer les locations informelles. Celles qui se font à la dernière minute. Ces locations ne sont pas enregistrées. D’habitude ce sont des particuliers qui ont une voiture qu’ils n’utilisent pas tous les jours.

Hypocrisie! Et certains osent encore dire que c’est une manière pour l’État de se faire encore plus d’argent sur notre dos. Vous savez combien coûte une location de voiture? Environs 150 000 ar/jour, essence en sus. Et ce tarif est appliqué aussi bien par les formels que les informels. Des agence de locations de voiture qui sont en règle alignent le même prix que ces particuliers qui n’ont aucune autorisation de location. Mais allez dire à ces particuliers qu’ils doivent payer d’autres frais … ils vont s’indigner, car eux aussi ils veulent se faire plus d’argents, quitte à enfreindre les règles. Et ils osent blâmer l’État de faire pareil. Si nous ne sommes pas prêts à faire l’effort … il ne faut pas exiger aux autres de le faire.

LES 4-AMIS et LES CHIENS ERRANTS
Dernièrement il y avait aussi une polémique sur les 4-amis qui se sont fait dégager de leur squat habituel. Une fois les photos partagées sur le réseau fb … les larmes ont coulées, les voix se sont levées … et l’État a pris cher, encore une fois. Mais aucun de ces « anges » n’auraient osés se proposer pour prendre en charge un sans-abri. Leur offrir un garage (c’est toujours mieux que la rue). Les inviter à la maison, pour qu’ils prennent une douche, aient à manger. Leur donner un boulot à faire … « C’est le problème de l’État », voilà la réponse que j’ai eue lors d’un débat sur ce sujet. Donc en fait ces anges ont pitié, mais ne veulent rien faire, car ce n’est pas à eux de le faire. Eux ils s’en foutent de leur sort. Et ne me dites pas le contraire, car s’ils ne s’en foutaient pas, ils se seraient déjà proposés pour les aider directement. Pas juste en leur offrant un bol de soupe ou quelques monnaies. Et encore moins par des partages et des « j’aime » sur facebok.

Même problème avec les chiens errants qu’on a dû abattre pour prévenir la propagation de la rage. Indignations, larmes, critiques envers l’État … mais allez donc prendre en charge un chien errant en période de rage si vous êtes vraiment indignés et que vous n’approuvez pas les mesures prises.

LES MARCHANDS DE RUES
Tout le monde s’accorde à dire que ces marchands de rues sont une nuisance. Tournez un peu la tête, regardez autour de vous et comptez le nombre d’articles que vous avez acheté chez ces marchands de rues. Les chargeurs, les friperies, les câbles usb, les cigarettes … si ces gens vendent dans la rue c’est qu’il y a des clients qui viennent acheter dans la rue. Au lieu de pestiférer sur l’État qui ne fait rien … faites quelque chose. Arrêtez d’acheter dans la rue. Allez en magasin, en épicerie, aux supermarchés. Et ne me dites pas que c’est trop cher, car cela voudrait dire que vous n’êtes pas encore prêts à faire des sacrifices pour le changement. Vous êtes prêts à faire quelque chose d’illégale pour avoir le maximum de profit (oh tiens, comme ces politiciens que tout le monde critique).

LE SPORT
Non, je ne parle pas ici de Neymar et de tout ce qu’on peut acheter avec l’argent de son transfert. Non, je ne parle pas ici des putaclics, mais de la réalité. Une chose que j’admire vraiment chez les Français, n’en déplaise aux francophobes, c’est qu’ils soutiennent à fond leurs sportifs. Nous avons tous déjà râlé sur ces retransmissions d’événements sportifs internationaux où on ne voyait que les Français. Français par-ci, Français par-là. Une semaine après on n’entendait toujours que ça … Je vous le dis: ils ont raison.

En ayant vu une publication facebook sur le sport, j’ai été quelque peu choqué. En gros elle disait que la pétanque était le seul sport où les Malgaches brillaient (suite à la médiatisation du championnat du monde qui s’est déroulé entre nos mûrs)

Je suis sûr que les sportifs peuvent donner beaucoup d’exemples qui vont contredire cela. Moi je vais juste parler du foot. Savez-vous que Barea, l’équipe nationale malgache, n’a essuyée aucune défaite sur une douzaine de matchs internationaux? (Aujourd’hui, 19 août 2017, elle enregistre sa première défaite contre l’Angola par 1 but à 0. Malheureusement, ce n’était pas suffisant pour se qualifier pour la CHAN 2018).
foot

Pourtant, personne n’en a vraiment parlé à grande échelle. Nous ne savons pas supporter notre fierté. Il n’y a qu’à voir la page officielle de la fédération malgache de football. Les commentaires sur sa défaite se comptent déjà en centaines. Les commentaires sur les matchs nuls ou les victoires se comptent par vingtaines.

Les réseaux sociaux préfèrent partager le montant de transfert de Neymar. Ça fait plus de clics et de j’aime.

Les joueurs l’ont déjà fait savoir: jouer à domicile les stressait, car le public était méchant. Il y a bien des spectateurs respectables du foot malgache … mais la plupart ce sont ceux qui ne s’intéressent pas aux victoires, mais qui rugissent aux moindres faux pas. Comment voulez-vous qu’une équipe puisse s’épanouir dans ces conditions? Vous aurez beau dire que l’état ne les regarde pas de près … vous en faites de même.

Dernièrement j’ai aussi vu une publication sur un drame qui s’était produit à Tuléar. Un joueur s’est fait tuer par les supporteurs de l’équipe adverse qui a essuyée une défaite. Comment voulez-vous que les joueurs aient encore envie de jouer à fond après ça?

Nous sommes de très mauvais supporteurs.

L’ENVIRONNEMENT
Dernièrement j’ai fait un voyage dans le but de faire un film documentaire sur l’environnement. Et j’ai été consterné par ce que j’ai vu. La majorité de la population n’est pas consciente des dégâts qu’elle fait à notre pays.

La déforestation est un grand problème difficile à contrôler chez nous. D’un côté nous avons des paysans qui ne comprennent pas pourquoi un arbre coupé pouvait détruire une rizière qui se trouve à des kilomètres de là.
Et de l’autre nous avons ceux qui font quelques choses sans vraiment le faire.

Au lycée, nous étions fiers de participer aux reboisements. Les entreprises font aussi ce genre d’action. Les différents ministères aussi l’ont déjà fait … mais vous êtes-vous déjà demandé pourquoi à chaque fois ces reboisements se faisaient sur le même lieu? Que sont devenus les arbres que nous avons plantés il y a des années? Car, selon la logique, on aurait déjà dû avoir une forêt abondante.

La réponse est simple: ces arbres n’ont pas survécu. Pourquoi? Parce que ceux qui les ont plantés ne se sentaient même pas concernés (distances entre les pousses non respectées, parfois le sachet n’était pas enlevé, il y avait même des arbres qui étaient plantés à l’envers …). Non, pour eux ces reboisements sont une excuse pour des sorties de classe ou des team building qui se basent sur l’idée hautement fausse de « entreprise respectueuse de l’environnement ». Mais avouons-le, l’alcool et la bouffe occupent plus de place dans les bagages que la jeune pousse et la bêche.

——————————————————————————————————————————-

Tout cela pour dire que la vraie nuisance de ce pays c’est nous et non ceux qui sont aux pouvoirs. Nous pouvons les blâmer autant que nous le voulons … si nous n’avons pas conscience que nous faisons partie du problème (et donc aussi de la solution), ça ne sert à rien.

La liste des exemples est encore longue, mais le constat est le même: le malgache n’a pas envie de sauver son pays.

S’il avait vraiment envie, il se serait plié aux règles, aussi contraignante soit-elles. Il n’aurait pas eu peur de faire des sacrifices. Il aurait parlé des choses bien dans ce pays plutôt que de propager les faits divers macabres. Il s’en serait pris à lui-même avant de s’en prendre au gouvernement. Il ne penserait pas à quitter ce pays sous prétexte que l’herbe est plus verte à côté. Il ne râlerait pas à tout bout de champ pour des futilités. Il ne prendrait pas chaque initiative pour une concurrence à ce qu’ils font déjà.
(Les initiateurs de startup là … vous êtes ridicules. Vous avez la possibilité de conduire la jeunesse sur un chemin plus stable alors arrêtez de vous friter sur la gueule et de vous pavaner comme étant des gourous de l’entrepreneuriat).

LUEUR D’ESPOIR
Si je me plains sur tout cela, c’est parce que ces événements cachent l’espoir de Madagascar. Nous avons déjà des Malgaches qui sont conscients de leurs fautes et qui assument leur part de responsabilités, mais nous ne faisons pas assez attention à eux.

Pourtant il faut admirer ces gens qui oeuvrent vraiment pour le changement.

– Dans toutes les régions, les VOI (Vondron’olona ifotony), ces paysans gardiens, s’engagent volontairement pour préserver les étendues de terres autour de leurs villages contre toutes formes de destructions, causées par la nature ou par l’Homme.
– Ces incubateurs qui se rendent compte finalement qu’il ne faut pas attendre le gouvernement.
– Ces groupes de discussions qui font la part belle aux fiertés de notre pays.
– Ces sportifs qui portent notre couleur même si nous ne les suivons pas.
– Ces acteurs culturels qui ne se lassent jamais de faire des événements gratuits.
– Ces médias qui continuent de relayer les infos en pensant à l’intérêt générale plus qu’aux clics et aux polémiques.

Et que sais-je encore…

TANINJANAKA (Terres de nos enfants)
Nous ne méritons pas ce pays. Nous l’avons tellement détruit sur tous les plans que nous ne méritons même pas d’y vivre. Mais nous ne sommes pas Madagascar, justement.

Madagascar sera encore pour toutes les générations futures.

Ne pestiférons plus sur le gouvernement. Il ne changera que si nous, nous changeons.

Et surtout, arrêtons de dire que nous représentons les Malgaches. Arrêtons ces phrases du genre « Les Malgaches n’ont pas le temps pour cela, car ils sont occupés à survivre », « parlez en Malgaches, car il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas », « diffusez sur la chaîne nationale, car les Malgaches n’ont pas accès à internet » et bien d’autres phrases condescendantes du même genre. Qui sommes-nous pour parler au nom de ces Malgaches qui n’ont pas accès à internet? On s’autoproclame être leurs représentants? Et surtout qu’est-ce qui nous empêche d’aller vers eux et de leur traduire ce que nous avons vu? Ou bien ce n’est pas notre devoir? Si nous ne voulons pas le faire … alors il vaut mieux se taire.

Donc, je m’adresse déjà aux haters qui vont me cibler sur ce point: j’ai beaucoup plus d’espoir pour ces gens qui n’ont pas accès à l’internet que pour nous. Car eux ont déjà commencé à prendre conscience que pour changer les choses il faut changer sa propre personne. Parce qu’eux ne sont pas envenimés par les réseaux sociaux et toute la merde qui coule dedans.

2018 sera une année électorale à Madagascar. Un petit spoiler? Peut importe le nom qu’on glissera dans l’urne, rien ne va changer. Car nous n’avons pas encore pris conscience de notre pouvoir. Pas de notre pouvoir à renverser et critiquer chaque gouvernement en place, mais celui de savoir que le changement commence par nous.

Si nous voulons mettre fin à l’insécurité, ça commence par nous. Si nous voulons mettre fin à la famine, ça commence par nous. Si nous voulons un bon environnement culturel, ça commence par nous … tout commence par nous.

Une petite pierre bien installée, bien droite, à côté d’une autre à côté d’une autre à côté d’une autre … ces rangées de pierres à la bonne conscience vont servir de fondation à la construction d’un Madagascar meilleur.

Pour être plus concret? Arrêtons d’être hypocrites et de toujours vouloir rejeter la faute aux autres. Tu n’es pas meilleur que ton voisin. Tu n’es pas meilleur que le gouvernement. Tu es au même stade: devoir changer pour faire avancer les choses. Et si tu ne le fais pas, tu ne dois pas obliger le gouvernement à le faire.

Si le gouvernement ne le fait pas … on s’en fout. Nous faisons notre part, le reste suivra. Si nous ne voyons pas ce changement (car ça prend du temps), les générations futures le verront.

Et si tu trouves que la diffusion de cet article sur le net n’est pas efficace … partage l’idée à ton entourage. Convaincs ton entourage qu’il a le pouvoir de changer les choses.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s