ABCs Of Death: l’anthologie d’horreur ultime.

afficheThe ABCs Of Death – USA / Nouvelle-Zélande – 2013
Produit par DRAFTHOUSE Film

25 lettres de l’alphabet, 25 court métrages, 25 réalisateurs.

Voici surement l’anthologie la plus intéressante et la plus extrême dans le cinéma de genre. Encore plus fort que les Masters Of Horror qui avaient quand même la contrainte de la série télé (seul le segment Imprint de Takashi Miike ose vraiment aller là où il veut).

Produit par Drafthouse, qui commence à se faire un nom dans le cinéma déviant, après la comédie osée « four lions » et l’ofni « wrong ».

—————————————————————————————–

F is for Fart—————————————————————————————

c’est simple, ABCs Of The Dead est un terrain d’expérience pour ces réalisateurs qui offrent ici des courts parfois simples, parfois très complexes.
——————————————————————————-
libidolibido—————————————————————————————

Comme dans toutes les anthologies il y a obligatoirement des hauts et des bas.

Petite revue des 26 films.

A is for APOCALYPSE
Un film de Nacho Vigalondo.
Un meurtre qui doit absolument se déroule avant la fin du monde.

Nacho Vigalondo offre le service minimum pour ce qui aurait pu être une grande leçon de vie. Seul son twist a de la saveur. Le déroulement de l’action, sans être bâclé, n’est pas vraiment ambitieux.

B is for BIG FOOT
Un film de Adrian Garcia Bogliano
La petite ne veut pas dormir? On lui raconte l’histoire d’un monstre dévoreur de coeur de petits enfants. Mais le monstre existe peut être vraiment.

Plutôt bien foutu, avec un twist acceptable. Ce segment arrive aussi à soigner ses personnages en si peu de temps. Ca compense bien les mises à morts trop vite expédiées. Pourtant l’idée d’une lame à pizza comme arme est vraiment inédite.

C is for CYCLE
Un film de Ernesto Diaz Espinoza
Un Homme remarque une trainée de sang dans son jardin. et si c’était lui? ou un autre lui?

Difficile de faire un mindfuck aussi complexe dans un format aussi court. si l’idée du cycle est bien intéressante, son élaboration l’est beaucoup moins car vraiment trop court. Une fois que l’idée est lancée le reste se passe sur des rails, avec des twist qui ne sont plus surprenants.

————————————————————————–

url1

the-abcs-of-death

————————————————————————-

D is for DOGFIGHT
Un film de Marcel Sarmiento
Un combat de boxe clandestin qui oppose un boxer et un chien.

La première vraie bonne surprise de cette anthologie. L’esthétique du film multiplie la violence par 10. En effet, le film est entièrement proposé en slow motion, avec une photographie grise bien soignée. Propre et tellement violent, le film arrive aussi à proposer des émotions assez fortes chez le spectateurs.

E is for EXTERMINATE
Un film de Angela Bettis.
Un homme tue une araignée. Mais l’araignée n’est pas morte et décide de se venger.

Une première partie assez soft et plutôt comique. Puis un horreur organique qui s’installe petit à petit, au fil des jours. La progression est assez lente, ce qui enlève tout l’intérêt dans la première partie pour n’offrir le vrai cadeau que dans le dernier plan.

F is for FART
Un film de Noboru Iguchi
Une élève fartophile (qui est excitée par l’odeur des pets oO) tente d’échapper à une propagation de gaz mortel.

Le premier film de l’anthologie à aller vraiment loin. très loin dans l’idée. Une réalisation trash pour un thème qui l’est tout autant. On ne peut s’empêcher d’exprimer le dégoût au détour d’un sourire moqueur en regardant cette fascination que porte le réalisateur pour le pet.

————————————————————————

url

pressure

———————————————————————————

G is for GRAVITY
Un film de Andrew Traucki
Un surfeur avec sa planche sur une mer plutôt calme. Et puis il se fait renverser.

Le genre de court métaphysique avec surement un messages subliminal … ou bien il s’est tout simplement fait renverser … en tout cas l’idée de film expérimental prend tout son sens ici. Andrew Traucki, qui viens de « The Reef » va bientôt réaliser un film style documentaire. Donc il profite de ce court pour explorer les possibilités.

H is for HYDRO-ELECTRIC DIFFUSION.
Un film de Thomas Malling
Un combat entre une stripteaseuse SS et un soldat Anglais.

Un film avec des acteurs en costume de chiens… si le mot WTF nous vient à l’esprit au début, on se laisse assez vite emporter dans ce torture flick cartoonesque. Déviant et complètement barré tout en respectant la lisibilité de l’histoire … voilà une bonne moyenne.

I is for INGROWN
Un film de Jorge Michel Grau
Un homme injecte un poison dans le corps d’une femme attachée dans la baignoire.

Ingrown est un beau court cronembergien. Le mal qui ronge la peau de l’intérieur, avec une belle photographie et une idée de mise en scène assez troublante. La voix de la femme en voix off, dans un ton très reposé et faisant un discours quasi-métaphysique.

—————————————————————————

379839_050

abcsofdeath04

————————————————————————————-

J is for JIDAI-GEKI (Film de samourai)
Un film de Yûdai Yamaguchi
Un samourai doit couper la tête d’un homme qui est en train de se faire hara-kiri.

le sujet très sérieux et ouvert à une effluve de sang prend subitement un autre chemin quand le condamné fait sa première grimace. A partir de là, le film vire au guignolesque. Exagérant sur les faciès du condamnée, le réalisateur arrive à créer le comic dans le dramatique.

K is for KLUTZ
Un film de Anders Morgenthaler
L’histoire d’un caca récalcitrant qui ne veut pas partir dans les toilettes.

Du pur délire comme pitch. C’est dans un style cartoon bien fluide que le réalisateur raconte cette histoire. Si l’enveloppe du film est assez soft, on se rend vite compte qu’on n’es jamais à l’abri d’une éclaboussure dégueulasse. Et ça ne rate pas avec cette fin vraiment trash.

L is for LIBIDO
un film de Timo Tjahjanto
Un duel clandestin qui consiste à se masturber. Le premier qui arrive à éjaculer reste en vie.

Un vrai bon catégorie III. la déviance va très loin dans ce court métrage. Le réalisateur nous met dans la position inconfortable du voyeur. D’ailleurs, le thème du voyeurisme se retrouve tout au long du film. Des situations de plus en plus troublante jusqu’à ce final généreux en litres de faux sang.

M is for MISCARRIAGE
Un film de Ti West
Une femme au toilettes cherche un moyen pour évacuer ce qu’elle a laissée dans la cuvette.

Pas très différent du segment Klutz dans le thème. Mais ici nous somme dans un contexte plus dramatique et moins fantastique. Miscarriage désigne le fait de perdre inopinément le foetus, lors d’une grossesse. Le film ne prend son intérêt que dans cette séquence qui présente en gros plan un amas de forme abstrait dans une marre de sang.

——————————————————————————

m_for_miscarriage

R is for

—————————————————————————————

N is for NUPTIALS
Un film de Banjong Pisanthanakun
Un jeune homme rapporte un perroquet à la maison. Ce dernier se met alors à raconter à sa femme les ébats avec sa maîtresse.

Fidèle à son style, Pisanthanakun nous offre une vraie comédie horrifique faite de situations absurdes. Peut être trop classique dans son élaboration … il n’en reste pas moins que ce segment est le plus réussi dans son genre. Pas de prise de risque inutile, il joue sur son terrain.

O is for ORGASME
Un film de Bruno Forzani, Héléne Cattet
L’interprétation en image de l’orgasme d’une femme.

Ce segment est un peu décalé par rapport à la série. Le court métrage ne prend pas le thème de la mort. On y voit plutôt des expérimentations visuelles. Et connaissant le duo de réalisateurs avec le film « Amer » on se doute bien que rien ne sera conventionnel. Comment montrer la sensation de l’orgasme? Le duo donne ici une vision hypnotique aux saveurs d’un giallo.

P is for PRESSURE
un film de Simon Rumley
Une mère prostitué essaye de trouver de l’argent pour faire plaisir à ses enfants. Quitte à faire des choses vraiment obscène.

Fait dans un esprit de film dramatique, avec une photographie assez brute, Pressure arrive à installer une véritable histoire touchante en si peu de temps. Le court métrage est assez timoré dans le début et devient vraiment obscène à partir du point de non retour. Peu de sang quand même, juste une suggestion d’un acte que l’héroïne finit par accepter …

—————————————————————————

abc_1

ABCs121011

——————————————————————————

Q is for QUACK
Adam Wingard, Simon Barrett
Deux réalisateurs cherchent des idées pour faire un film sur la mort avec la lettre Q.

Comment s’en sortir avec la lettre Q comme base de départ pour le titre de leur court métrage? Les deux réalisateurs décident de se mettre en scène eux même et de raconter la fausse vraie histoire de l’élaboration de leur court. Quack part d’une idée de raccourcit assez dangereux (la mise en abîme du film peut être perçu comme un manque d’inspiration). mais on se laisse transporter dans cette histoire appuyé par le charme naïf des réalisateurs/acteurs.

R is for REMOVED
Un film de Srdjan Spasojevic
Un homme alité dans un hopital se voit être dépecé petit à petit pour extraire des pellicules cachée sous sa peau.

Un postulat de départ très abstrait … et le reste qui n’arrange rien. Esthétiquement, removed est très beau. Mais la recherche d’un sens dans cette jolie photographie finit par lasser. Le reste du film se regarde, non pas pour son sens mais juste pour les images.

S is for SPEED
Un film de Jake West.
Une femme tente d’échapper à la mort.

Cette course poursuite avec la mort en personne, dans un décor très « film d’exploitation » des années 70 est vraiment plaisant. Des effets visuels et une réalisation précise. Puis, quand vient le twist final on se rend compte que tout le court métrage est aussi une mise en abîme du cinéma. Un passé peut-être violent mais irréel (fantasmagorique) qui laisse maintenant sa place à un présent très dramatique et froide.

T is for TOILET
Un film de Lee Hardcastle
Un père et une mère tente de rassurer leur fils que la cuvette de WC n’est pas dangereux. Mais ont-ils vraiment raison?

Le réalisateur choisit le stop motion pour raconter un conte pour adulte qui est bien trash. Avec des couleurs pétardes il arrive à créer du gore grand guignolesque comme du temps de Evil Dead. Le tout sur la base d’une histoire bien construite et bien déviant. Drôle, horrible, trash … un vrai bonheur.

U is for UNEARTHED
Un film de Ben Wheater
Des villageois décident de s’unir pour une chasse au vampire.

Le court métrage arrive à installer une ambiance bien macabre dans ces bois, avec cette vue subjective du monstre. Si l’ensemble ne surprend pas vraiment dans l’épouvante, on admire quand même la mise en scène fluide malgré le parti pris de faire un point de vue à la première personne.

V is for VAGITUS (the cry of a new born baby)
Un film de Kaare Andrews
L’histoire se passe dans un futur proche. le monde se meurt. Le gouvernement décide de réglementer intensivement la fertilité.

Ce segment se place définitivement sur un autre pallier que tout les autres. Le monde futuriste qu’il propose, les gunfights assez intense et bien chorégraphiés, le thème, la photographie, les effets spéciaux … tout est matière à un grand thriller futuriste. Et, même si l’histoire est un peu confuse au milieu, on se plait à suivre cette petite bombe visuel.

——————————————————————————-

ABCs-of-Death-1-008 url

———————————————————————————–

W is for WTF
Un film de Jon Schnepp
Une équipe de cinéma se conforte pour trouver un thème à la lettre W. pendant ce temps là, les journaux télévisés annonce un phénomène incompréhensible.

WTF, tout comme le segment QUACK, se base sur l’idée de l’élaboration même du court métrage. Sauf qu’ici … il n’y a pas de sens apparent. Tout le court métrage est une succession de plans kitsch, sans vraie continuité. Un raccourcit trop facile pour un tel sujet. Ce segment perd sa saveur au fur et à mesure que l’absurde envahit le film.

X is for XXL
Un film de Xavier Gens
Une grosse femme subit constamment le regard des autres.

Le frenchie Xavier Gens nous offre surement le segment le plus aboutit. Gardant ce qu’il y avait de meilleur dans son film « frontières » (à savoir le gore qui tâche) et rajoutant ce qu’il n’avait jamais réussi à trouver dans sa filmo (une émotion). son segment commence par une séquence dramatique, se poursuit sur le gore et se termine sur un plan magnifique qui condense le message du film en une posture. Vraiment magnifique. Mon coup de coeur.

Y is for YOUNG BUCK
Un film de Jason Eisener.
Ayant vécu un traumatisme dans son enfance, un jeune garçon semble avoir surmonter son passé.

Le réalisateur de Hobo with a shootgun reste dans le trash avec ce segment. Si l’arrière plan du film est fait dans un style classique (beaucoup de ralentit bien soignés …) le sujet est tout sauf académique. Le gore et la perversion sexuelle se côtoient dans un atmosphère troublant et inconfortable. Et dans tout cela, ce ne sont pas les rares éclaboussures de sang qui dégoûtent mais les rares gestes pervers.

Z is for ZETSUMETSU (Exctinction)
Un film de Yoshihiro Nishimura
Dans une réalité alternative, le Japon est dévasté par la radioactivité. Mais le gouvernement essaye de camoufler la réalité.

Ce dernier segment a bien fait de se trouver à la fin. L’aspect déviant du film ne dérange presque plus après avoir vu les autres barges de la série. Et,même si l’histoire ne trouve pas réellement son sens, il est beaucoup plus lisible. Le réalisateur, connu pour un cinéma bis excessif (Tokyo Gore Police), offre un court métrage étrange qui se permet des écarts inattendues. Et si certaines séquences ont le mérite d’étonner … l’ensemble n’est pas vraiment indispensable.

————————————————————————————-
abcs-of-death-banner-726x248—————————————————————————————

Cette anthologie est un vrai cadeau pour tout les fans du genre. Il représente un joli éventail de ce qui se fait de mieux (ou de pire?) dans le monde. (On remarque quand même une tendance étrange pour l’univers des toilettes oO).

Et, en bonus, la boîte de prod « DRAFTHOUSE FILMS » nous offre la sélection des courts métrages en compétition pour le ségment « T », qui s’est donc décidé par un concours.

L’ensemble des soumissions est visible sur leur site. Soit un peu plus de 150 courts métrages. Une vraie caverne d’ali baba quand on sait la rareté et la difficulté à se procurer et voir des courts métrages sur le net.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s