l’aventure post-megaupload.

Je passe rapidement sur ces jours historiques qui ont vu la fermeture de Megaupload, le leader de hébergement de fichier en ligne. Je ne vais pas non plus entrer dans ce débat labyrinthique sur le téléchargement (il faudrait un article entier pour cela). Ici je vais plutôt vous raconter comment s’est passé ma recherche de fichier après la fermeture de Megaupload.

Mégaupload c’est quoi? C’est, ou plutôt c’était, l’hébergeur de fichier en ligne le plus utilisé, à l’instar de Rapidshare ou free.dl. Si la philosophie du système était parfaitement louable en résolvant les problèmes de capacité du disque dur personnel, c’était écrit d’avance que les « pirates » allaient s’y engouffrer. Des films, de la musique, des logiciels … tout ce qui pouvait être enregistrer et mise en ligne se retrouvait indéniablement sur ces disques durs virtuels.

Normal s’ils constituaient une cible évidente. Evidente mais pas facile. La contre attaque des ayants droits se portaient principalement sur les plateformes de P2P tels les torrents et les mules. On peut donc dire que cette fermeture de megaupload marque la première action contre un service de partage difficilement retraçable (Les torrents gardent beaucoup trop d’informations sur ceux qui partagent et ceux qui téléchargent).

Pour ma part, mégaupload n’est pas un service vital mais plutôt symbolique. Je ne l’utilisais que très rarement du fait de ses restrictions assez frustrantes. Par contre, après la fermeture de ce site, les autres ont aussi pris peur. La technique du FBI marchait bien: on coupe la tête, le corps ne survivra pas. Ca marchait dans les premières semaines. Les hébergeurs qui n’ont pas encore été fermés ont préférés supprimer l’intégralité de leurs fichiers. En quelques clics ce sont des milliers de fichiers qui ont disparus du net.

D’autres hébergeurs ont préférés restreindre leur accès.

Dans tout les cas on s’est très vite retrouvé dans le désert: plus aucun fichier n’était dispo en ligne, même si l’hébergeur était encore vivant.

Après cette grosse vague, la mer commençait à se calmer peu à peu. Des promesses de nouveaux hébergeurs se faisaient entendre (notamment le fameux anonfiles.com, l’hébergeur mise en place par anonymous en personne). Et puis … voilà une petite armée d’hébergeurs qui apparait ici et là, avec des noms un peu farfelus parfois. Maintenant que Megaupload n’est plus là pour faire de l’ombre, maintenant que Rapidshare et Fileserve se trouvent être leurs égaux … le jeu recommence avec de nouvelles cartes.

Mirorii, uploaded.to, uptobox, 1fichier, bayfiles (l’hébergeur des pirates bay ex leader du monde torrent) … voilà les nouveaux grands noms de l’hébergement en ligne. N’ayant plus été adepte des torrents depuis longtemps, j’ai attendu la venue de ces sites pour reprendre mes téléchargements (au grand bonheur de ces marchands de DVD ><).

Mais voilà, même avec de nouveaux noms, les fichiers devaient être ré-uploader. ce qui prenait un temps fou (le plus grand des respects pour ces uploader qui remettent plusieurs giga, voir des tera, de données en ligne).

Il n’a fallut que quelques mois et une grande détermination du monde du partage pour que la grande majorité des fichiers soient de nouveaux dispo.

Maintenant, à moins de chercher le dernier film d’un cinéaste hongrois des années 70 qui n’a même pas sa page sur wikipédia, on peut retrouver assez facilement ce qu’on recherche.

Mes plateformes d’avant (que j’ai détaillés dans l’article: « guide du téléchargement« ) fonctionnent encore. Par contre, le choix des hébergeurs devient encore plus décisif. Certains hébergeurs sont presque toujours saturés, d’autres tombent subitement … bref, après quelques tâtonnement, j’ai retrouvé une combinaison qui marche bien (sauf en temps d’orage où les serveurs DNS sont systématiquement kaput ><)

Pour retrouver les liens, le site Kingdll est bien complet. Pour chaque films ils proposent une dizaine d’hébergeur. De son côté downparadise existe encore et c’est tant mieux.

Ensuite, pour le débridage des liens, megadebrid tient encore bon (malgré quelques saturation des serveurs). La liste des hébergeurs a changée, rapidshare passe en gratuit, ainsi que uptobox.

Et enfin, pour la gestion du téléchargement, Internet Download Manager est encore bien efficace (pour peu que la version soit compatible avec la version de firefox)

La vie du partage peut reprendre. De nouvelles règles, de nouveaux visages … et la même satisfaction.

Alors oui, mégaupload est mort. Mais la venue de ces nouveaux hébergeurs confirme bien que le monde du partage ne compte pas se rendre et résistera encore et toujours aux pro-majors.
Il faudra vraiment trouver autre chose pour contrer efficacement le piratage. les downloader ont la réponse et le disent très souvent « si l’accès aux DVD était plus facile (moins chère) et plus intéressante … alors tous préfèreraient acheter un DVD ». Une idée toute simple que les producteurs n’ont apparament pas encore tous compris. Je dis « tous n’ont pas encore compris » car certains éditeurs proposent des palettes qui en valent vraiment la peine (une multitude de bonus, des versions différentes de la version cinéma, des cadeaux, des soundtracks, …)

Bref … en attendant qu’un DVD puisse s’acheter à un prix raisonnable à Madagascar … je reste sur mes plateformes.

PS: le dernier DVD/VCD de Malok’ila est en vente depuis peu. Ils ne coûtent que 25.000 francs malgache (2 euros et quelques???) … à un tel prix ce serait vraiment moralement bête d’acheter des films pirates.
Si vous achetez à 25.000 francs … je ne comprendrais pas pourquoi ne pas avoir directement acheter l’original, proposé pour le même prix.
Si vous achetez à plus que ça (comme au détour d’une ruelle à Ampefiloha) alors vous vous êtes fait avoir.
Si vous achetez à un prix moindre … alors c’est le pirate qui perd. Le prix du DVD+le temps de gravage+l’impression de la jacket …

Voilà voilà, petite pause entre deux GTC -_-

Une réflexion au sujet de « l’aventure post-megaupload. »

  1. Juste une petite remarque: Blueline fait du traffic shaping sur leur offre 4G, ce qui fait que les connexions vers les trackers de torrents sont bloqués pendant la journée, et les sites comme rapidshare, fileserve et autres sont limités à une bande passante exécrable, qui plus est partagée etre tous les utilisateurs de ce type de connexion. Ce qui fait par exemple que quand deckaps télécharge un fichier sur rapidshare, moi je me retrouve avec un téléchargement à 1 Kb/s (ici je parle de kilooctets et non de kilobits). Je ne sais pas pour les autres opérateurs, genre orange ou moov, si quelqu’un a des infos, qu’ils me les passent. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s