JIRAMA

Encore une coupure de courant …

Bon, j’avoue, le titre est un traquenard, je m’en excuse (ou pas lol). Car, non, je ne vais pas parler de la situation que la Jirama nous fait vivre en ce moment.

Depuis quelques semaines on ne voit que ça sur les statuts facebook et les blogs. JIRAMA c’est le mal. Il fût un temps ou c’était AIRTEL qui était mis sur le banc des accusés. Quant aux politiciens, ils y sont presque automatiquement à chaque rebondissement (et en ce moment c’est tous les jours).

Donc, non je ne vais vraiment pas parler de la JIRAMA.

Par contre, en vivant cette situation de délestage périodique, je me suis souvenu d’un court métrage que j’ai eu le plaisir de voir une fois à Amiens.

Le titre ? Figurez-vous que je me suis cassé la tête à m’en rappeler… mais non, le film était noyé dans une programmation assez moyenne et son titre ne me revient pas du tout. Je sais juste que c’est un court métrage brésilien. Je n’ai pas non plus assez de mots clefs pour le trouver sur Google donc il n’y aura pas de vidéo.

J’espère que ce petit récit suffira.

Le film se passe dans un quartier modeste de la ville. Le père de famille est assis dans son canapé, regardant un match de foot. La mère est dans la cuisine, préparant à manger et bercée par le récit d’un feuilleton radiophonique. Le fils est dans sa chambre en train de jouer à la console. Sa grande soeur, encore adolescente, est assise devant son ordinateur, une fenêtre de chat ouverte.

Dans le salon, l’équipe que supporte le père mène une attaque prometteuse.
Dans la cuisine, un des personnages est sur le point de faire une grande révélation.
Dans sa chambre, le fils arrive au boss final.
Devant son ordi, la fille attend la réponse de son amoureux face à la question « Je suis enceinte, on fait comment ? »

Et puis… une coupure de courant…

La mère sort de la cuisine, une bougie allumée à la main. elle dépose cette bougie sur une table basse et s’assied sur une chaise, posé non loin du rayon lumineux de la bougie. Le père, après un râle justifié, se rapproche aussi de la bougie. les deux enfants descendent et s’installent sur le canapé. Les quatre protagonistes sont réunis autour de l’unique bougie qui éclaire maintenant la salle.

Un long silence s’installe. Puis, remarquant des ombres sur le mur, le père commence à passer sa main autour de la bougie. Le fils sourit. le père continue son petit jeu et commence à dessiner des ombres chinoises sur le mur. Le fils est enjoué. Il se met aussi à jouer avec cette flamme. Quelques figures improbables plus tard, c’est toute la famille qui rigole.

Deux minutes de rires sincères… puis le courant revient. Les rires s’arrêtent dans un soupir non caché. Le père éteint la bougie et retourne devant sa télé. Le fils court vers sa console de jeu, la mère retourne à son feuilleton et la fille attends toujours sa réponse….

…Fin.

Une histoire tellement touchante. Une petite pause douceur dans la vie matérielle de l’Homme, qui ne trouve plus le temps de vivre le bonheur d’être ensemble entre tous ces flux d’informations et de technologies qui ont réussi à voiler les choses plus simples.

Une réflexion au sujet de « JIRAMA »

  1. J’aime pas ce genre d’article qui me rappelle que je suis trop concentré sur le boulot et pas assez présent pour ma famille :p Honte à toi Deckaps, non je rigole. j’adore ton blog. je ne risque pas de commenter souvent, mais j’aime beaucoup. Bonne continuation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s